M.V. I : Un nouveau Lord / 2nde partie

Aller en bas

M.V. I : Un nouveau Lord / 2nde partie

Message par Evans Dablord le Dim 26 Juil - 19:34

Tard dans la soirée, la situation à l’hôpital magique londonien Sainte-Mangouste était revenue à peu près à la normale. Le personnel était de retour, les patients aussi, et le ménage avait rapidement été fait grâce à divers sortilèges de nettoyage très utiles pour un adolescent devant ranger sa chambre, ce qui correspondait plutôt bien à l’état des couloirs du bâtiment après la fin de la bataille. Seuls quelques policiers patrouillaient encore, la présence des autorités magiques n’étant plus indispensable puisque les cadavres avaient eux-aussi déjà été déplacés et que les principaux responsables du désordre général étaient morts, partis ou en état d’arrestation.

On se demandait toujours quels étaient, en quelques sortes, les vainqueurs de ce combat. Surtout, on se demandait qui était réellement à l’origine de la catastrophe. On connaissait assez bien la motivation des deux groupes : les vampires et les mangemorts s’étaient toujours battus pour garder le contrôle de positions stratégiques comme, ce jour-là, Sainte-Mangouste. Les mangemorts étaient donc venus défendre leur territoire, sans aucun doute, mais il subsistait cependant quelques zones d’ombre. Les vampires n’avaient jamais été très organisés car ils fonctionnaient la plupart du temps en factions et étaient par conséquent relativement désunis, et le ministère de la Magie ne savait toujours pas qui avait bien pu les réunir pour une même attaque. De plus, les mangemorts étaient arrivés très rapidement sur les lieux d’après les témoins, tout comme la police Magique. Or, les autorités n’auraient pas dû être au courant aussi vite puisque c’était, justement, une attaque surprise. Quant aux mages noirs, tout le monde savait que le Mangemortesque était mort. Il n’y avait aucun doute possible. La rumeur voulait donc qu’ils se cachent en attendant un nouveau chef et que le désordre soit encore plus total que chez les vampires à cause d’une lutte de pouvoir. Evidemment, les aurors ne savaient plus quoi en penser : comment se faisait-il qu’il y ait autant de belligérants sans leader apparent ?

Un tel chaos ne pouvait être un pur hasard, et cette affaire était donc aussitôt devenue une affaire d’état. Malheureusement, depuis l’intrusion de Lord Snape dans Veranda Bolsd et des quatre meurtres qui suivirent – celui de Stephen Japrenvit, de Nicolas Dablord, de Severus Snape lui-même et de Théodore Nott –, la réputation du ministère de la Magie était déjà bien basse. Le seul pour qui toute cette histoire était une aubaine était le Directeur de Veranda Bolsd. Non seulement cela prouvait que la sécurité de l’école n’était pas plus compromise qu’ailleurs, mais en plus cela montrait que le fait que l’Aurortesque ait légèrement pris ses distances avec le ministère n’était pas une bonne chose pour la sécurité des sorciers. Finalement, cela reviendrait à être une mauvaise chose pour tout le monde puisque le professeur Dablord deviendrait un des principaux suspects, ayant tout à y gagner.

Au Bureau des aurors du ministère de la Magie, la tension était à son comble. On avait séparé grâce à plusieurs pièces closes tous ceux qu’on avait réussi à arrêter avant qu’ils fussent tués ou en fuite. Cela comprenait donc vampires, mangemorts et éventuels complices.
Au même étage, l’Aurortesque Adjoint avait convié dans la principale salle de réunion un grand nombre d’aurors et plusieurs lieutenants de la police Magique, ainsi qu’exceptionnellement un ancien auror réputé et la personne sur laquelle il était censé veiller depuis l’après-midi. Stéphane Fovrai et Julius Horg étaient donc assis vers le bout d’une très longue table ovale en tant que témoins et aussi, pour le plus vieux, observateur et expert. Il y avait tellement de monde que beaucoup de personnes étaient obligées de rester debout.
Peu de temps avant le début de la réunion, une secrétaire vint voir le Serdaigle avec un flacon dans la main. Lui expliquant rapidement que le professeur Dablord avait conçu la potion d’après les renseignements d’un autre élève de Poufsouffle, elle lui donna l’objet en question avant de retourner à son travail. Julius but le liquide verdâtre sous le regard amusé de son professeur et au bout d’une dizaine de secondes – pendant lesquelles le Serdaigle eut tout le temps de penser que la potion n’avait aucun effet –, ses yeux revinrent à la normale. Plus de lueur jaune, plus de situation délicate.

- Bonjour à tous, commença bientôt l’Aurortesque Adjoint lorsque tout le monde fut là. L’Aurortesque, Evans Dablord, ne peut malheureusement pas participer à cette enquête puisque d’une part, il a une affaire urgente à régler à Veranda Bolsd, et que d’autre part, le ministre de la Magie ne souhaite pas qu’il ait accès à certaines informations car il est soupçonné, et cela me fait bien rire, d’être le responsable de toute cette affaire. Même si c’est un sérieux coup de pouce pour sa réputation et qu’il n’est pas aussi protecteur avec ses élèves que la plupart des Directeurs qui se sont succédés à Poudlard, je ne pense pas qu’il aurait pris le risque de sacrifier la vie d’un de ses élèves, monsieur Horg ici présent, même en sachant que le professeur Fovrai, lui aussi présent dans cette salle, veillerait dessus. Il est froid mais ce n’est pas un meurtrier, même quand on connaît le crime dont il est coupable. Il n’était plus tout à fait lui-même et, ceci ayant été prouvé dans un procès il y a pratiquement deux ans, il n’y a d’ailleurs aucune raison d’en parler.
Ceci étant, continua-t-il en faisant passer à sa droite toute une pile de dossiers identiques, je suis en train de vous faire passer tout ce qu’on a sur cette affaire. D’ailleurs, ajouta-t-il en toussant légèrement, vous serez gentils de ne pas en donner un à monsieur Horg, qui n’est présent que sur la demande du professeur Fovrai. Comme vous le savez, reprit le sorcier avec plus d’énergie pour marquer le début de l’enquête, l’hôpital magique Sainte-Mangouste a cet après-midi été attaqué simultanément par des vampires et des mangemorts. Ce genre d’enquête est normalement confié à la police Magique, mais trop d’incohérences ont été pointées du doigt pour que cela reste une affaire normale. C’est pourquoi la police Magique ne fera que nous épauler. Son chef ne nous rejoindra d’ailleurs que tout à l’heure pour nous éclairer sur notre première question – comment se fait-il que la police Magique ait été sur les lieux du crime si rapidement ? – car il doit avant tout finir de sécuriser l’hôpital. On va donc passer aux problèmes suivants, les plus importants d’ailleurs. Si vous tournez la première page, vous verrez la photo de Severus Snape. En tout cas, ce qu’il en restait au moment, puisque c’est son cadavre. Sa mort a été certifiée, il n’y a aucun doute possible. Il n’a pas pu ressusciter comme l’avait fait Lord Voldemort auparavant, ce qui signifie que les mangemorts n’ont aucun chef. En théorie, en tout cas, car comment se fait-il qu’ils aient été si nombreux à Sainte-Mangouste ? Ne sont-ils pas censés se battre pour prendre le pouvoir ? On a longtemps cru qu’ils étaient désorganisés, mais de toute évidence ce n’est pas le cas, et ce n’est pas normal. Ce sera donc le premier problème à régler. Le second est peut-être encore plus urgent, car des factions de vampires qui attaquent d’un même accord le même lieu au même moment est problématique. Cela voudrait dire qu’ils deviennent aussi dangereux, voire plus, que les mangemorts.
Nous avons plusieurs prisonniers. Organisez-vous en équipes si vous le souhaitez, mais je veux savoir combien de vampires et de mangemorts sont morts. Je veux savoir combien il en reste. Je veux savoir pourquoi la police Magique est arrivée avant nous. Je veux savoir pourquoi les vampires étaient là. Je veux savoir pourquoi ils ont combattu côte à côte, et non pas face à face. Et enfin, je veux savoir pourquoi les mangemorts étaient là, alors que depuis un moment ils ne s’apprécient pas plus que les vampires entre eux. Au travail.
Professeur Fovrai, monsieur Horg,
lança-t-il en direction des deux intrus alors que tout le monde quittait la salle de réunion, attendez ici une minute, j’ai à vous parler.

Contournant la table, l’Aurortesque Adjoint frôla son ex-homologue et fit entrer dans la pièce le vieillard qui avait épaulé Stéphane dans l’hôpital. Lui faisant signe de s’asseoir au bout de la table, l’auror resta lui debout près du mur.

- Monsieur Quinn, d’après ce qu’on m’a rapporté, vous avez aidé le professeur Fovrai et le chef de la police Magique à faire sortir du bâtiment le groupe que vous aviez formé. C’est plutôt étonnant qu’un patient ait sauvé ses guérisseurs, mais pourquoi pas… Ce qui m’intéresse, surtout, c’est votre version des faits. Dans quelles circonstances vous êtes tombés sur le professeur Fovrai, qui vous avez rencontré, comment se comportaient les vampires et les mangemorts… Etant donné que vous êtes une des seules personnes avec Stéphane et monsieur Horg à être en état de nous parler parce que vous n’êtes ni mort, ni en soins intensifs, ni traumatisé, je pense que votre témoignage peut être très éclairant pour faire avancer l’enquête…

Monsieur Quinn, bien qu’apparemment doué en sortilèges, n’était de toute évidence pas réellement sain d’esprit. Il expliqua, légèrement survolté, que le Directeur Adjoint de Veranda Bolsd était un sauveur et s’apparentait à un messie, et qu’il devrait occuper la place du chef de la police Magique, selon lui « un être froid et égocentrique ». L’Aurortesque Adjoint regretta bientôt de l’avoir fait venir, comprenant enfin pourquoi il était patient à Sainte-Mangouste et, s’il n’était là-bas qu’à cause d’une blessure externe, c’était l’attaque qui l’avait chamboulé.
Bien plus tard, lorsqu’ils furent sortis de la salle de réunion et que le témoignage de monsieur Quinn fut terminé, l’Aurortesque Adjoint conduisit Stéphane et Julius dans une petite pièce vitrée donnant sur une autre petite pièce, légèrement plus grande, mais aussi plus vide. Il n’y avait qu’une table, deux chaises, et un homme sur l’une d’elle. La pièce dans laquelle se trouvaient le professeur et son élève, elle, avait sa machine à café, plusieurs chaises, des écrans de contrôle et diverses autres choses plus utiles pour l’auror que pour les deux témoins, victimes et invités. L’Aurortesque Adjoint, d’ailleurs, ne resta pas longtemps avec eux. Après s’être assuré que Stéphane et Julius eussent tout ce qu’ils souhaitaient, il sortit de la pièce pour se rendre dans celle d’en face. Un dossier à la main, il resta debout quelques secondes et observa le vampire – qui l’observait lui-aussi.

- Bien, fit-il en s’asseyant face au prisonnier et en déposant le dossier en question sur la table. Ouvrant celui-ci et le retournant pour que le vampire le vît, il commença l’interrogatoire. Le ministre de la Magie n’apprécie pas vraiment ce qu’il s’est passé. Il m’a par ailleurs ordonné de lui donner des réponses. En effet, peut-être n’êtes-vous pas au courant, mais nous ne comprenons pas tout. Le problème, c’est que ce que je ne comprends pas, le ministre lui-même ne peut le comprendre. Votre rôle va donc consister à m’aider à exposer clairement la situation à mes supérieurs. Et si vous ne le faites pas de gré, vous le ferez de force. Personnellement, je respecte minutieusement le protocole et la personne qui détient le pouvoir. Malheureusement pour vous, ce n’est pas le cas de mon supérieur direct. Bien qu’il ne soit pas habilité à avoir accès à ce dossier, je peux très bien le faire entrer discrètement ici pour qu’il vous interroge lui-même. Hmmm… continua-t-il en faisant semblant de réfléchir avant de lui faire une confidence. On vous a dit qu’il avait tué un de ses élèves il y a deux ans ?

L’interrogatoire ne fut pas excessivement long. La technique habituelle de l’Aurortesque Adjoint fonctionna plutôt bien sur le vampire. Même s’il était un fervent partisan du ministre de la Magie – c’était d’ailleurs celui-ci qui l’avait nommé à ce poste pour surveiller le professeur Dablord –, il savait pertinemment que s’il ne faisait pas peur à ses prisonniers, ceux-ci ne diraient rien. Du coup, il menaçait souvent de faire venir quelqu’un qui n’était plus à un ou deux sortilèges de torture près.
Dans la salle d’à côté, l’auror médita avec Stéphane et Julius ce qu’ils venaient d’apprendre. Comme ils s’en doutaient, les vampires s’étaient réunis pour la même cause sous l’influence d’une personne ambitieuse et prudente. Ils savaient exactement ce qu’ils cherchaient. Il ne resterait plus qu’à découvrir quoi quand le vampire se réveillerait.

- Je me suis un peu emporté… se justifia prudemment l’Aurortesque Adjoint.

Ils furent bientôt interrompus par un policier en uniforme, qui entra dans la pièce en sueur. Essayant de reprendre son souffle, l’officier expliqua qu’il était venu aussi vite qu’il l’avait pu après avoir appris ce qu’il savait. Apparemment, non seulement les mangemorts avaient tous été réunis sous la même bannière par un sorcier plutôt ambitieux – comme pour les vampires songea Julius –, mais en plus la police Magique attendait depuis un moment l’attaque. Elle savait ce qui allait se passer et était parfaitement préparée. D’après ses renseignements, c’était le chef de la police Magique qui avait ordonné de se mettre en position et d’attendre les criminels pour les prendre la main dans le sac. Le Serdaigle se rendit alors compte que celui qui l’avait sauvé dans les escaliers était seul. En bon auror qu’il avait été, Stéphane fit part de ses déductions : le chef de la police Magique était un traître. Il avait contacté les vampires, les mangemorts et ses hommes pour réduire les rangs de chaque groupe et s’en emparer en faisant croire que ce n’était qu’une guerre de territoire, et il n’avait été seul dans l’hôpital que pour décimer toutes les créatures présentes, profitant de la même occasion pour se faire passer pour un héros. Ils avaient à présent presque toutes les réponses ; il ne manquait plus que le témoignage du suspect numéro un…



[6 jours pour répondre inclus (= jusque samedi inclus)]


Dernière édition par Evans Dablord le Mer 6 Jan - 3:05, édité 1 fois

_________________


Personnage : Arsène Reynolds
Fonction : Directeur du bureau des Aurors
avatar
Evans Dablord


Masculin
Nombre de messages : 16482
Age : 25
Non averti

Feuille de sorcier
Nature: Humain
Expérience M.V.: Niveau I
Expérience M.V.:
73/200  (73/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: M.V. I : Un nouveau Lord / 2nde partie

Message par Stéphane Fovrai le Jeu 6 Aoû - 13:07

Une fois l'épisode de l'hôpital terminé, qui se resultat par une uantité de morts phénoménales chez les vampires, et nombreuses chez les sorciers de la police magique et des mangemorts, sans compter les civils qui sont justes morts par manque de soins ou pour la pluspart mort explosé par un sortilège d'un quelconque camp, Stéphane se retrouva par transplanage dans le ministere de la magie, sur la place réservé aux transplanneurs. Stéphane avait fait un transplannage d'escorte pour le jeune Julius, fatigué et tremblant de peur.

Sur place, Stéphane parcoura (avec un leger souvenir de son ministere de la magie française) les couloirs, et alla, toujours suivit de Julius, dans une salle de réunion dans les bureaux des aurors. Stéphane y etait déjà venue par le passé, mais jamais il n'avait été mis dans une telle position, de témoin. Bien que certains le rassurerent qu'il pourrait participer au débat, Stéphane avait quand même une boule dans la gorge au fait de ne pas être en position de force. Sachant que son passé d'ex-aurortesque lui serait favorable, il se détendit. Une secrétaire qu'il connaissait de vue vint à lui et Julius pour donner à l'élève une potion m'étant fin à ce sortilège, qui n'etait pas si anodin que ça. Stéphane donna du chocolat à son élève pour lui redonner un peu de chaleur et du courage. Un sourire de la part de l'élève à son professeur rassurait Stéphane qui savait que maintenant, le serdaigle aura desormais confiance en lui ! Apres tout, il lui avait sauvé la vie !

Enfin, l'aurortesque-adjoint fit son entré et présenta le déroulement de la réunion et escusa le professeur Dablord de son absence. Stéphane sentit dans son discours, que c'etait certinement un leche-botte. Débutant enfin le sujet, il distribua des dossiers, dont le professeur Fovrai s'empara avec hate mesuré, et feuilleta le dossier sur toutes les informations importantes. Pour lui rien d'alarmant, le dossier etait surtout basé sur l'ancien meneur noir, Severus Snape. Le dossier n'apprenait donc pas grand-chose sur les actions qui s'etaient déroulées dernierement puisqu'il est mort. Le president de la reunion questionna son assemblée et ordonna à ses equipes de répondre à chacune de ces questions. Il les posa en visant à chaque fois une equipe d'auror. Apparement chacun se chargerait d'une partie du mystere. Certains spécialisés sur les vampires commencerent déjà à débattre silencieusement, ceux qui se renseigneraiet sur la police magique sortirent des bloc-notes et commencerent à rediger des questions qu'ils poseraient aux intéréssés plustard, et encore une autre equipe plus nombreuse, se chargerait de l'existence d'un meneur vampire et d'un meneur mangemort.

La fin des ordres de l'adjoint se fit entendre et tous partirent, certains en criant déjà à leurs assicées de questionner telle ou telle personne. Stéphane se leva, mais s'arreta net quand il fut rappelé ainsi que Julius par l'aurortesque-adjoint. Une porte s'ouvrit alors sur le héros du moment encore peu connut de tous, le vétéran de l'hôpital qui avait escorté et sauvé la vie de plusieurs patients. Celui-ci raconta les faits, mais au lieu de rester simple, il mit le professeur Fovrai sur un piedestal (se qui le fit sourrire) et enjola les faits pour faire paraitre le professeur Fovrai tel un héros grec. Le viellard etait un tantinait confus cependant, son témoignage ne pris donc qu'une legerre importance. Il fut remercié et repartit escorté par des aurors qui se chargeraient de lui. L'aurortesque-adjoint demanda alors à ses deux invités de le suivre, surtout pour que le professeur puisse donner son avis sur differents faits, mais à la grande surprise de tous, et avec un peu d'effroi pour certains, ils entrerent dans une cellule où serait interrogé de l'autre côté d'une vitre un vampire capturé, qui avait une balafre lui barant le visage. Stéphane savai que cette créature subirait un nerrogatoire, et cela mis mal à l'aise l'ex-aurotesque qui se souvenait des méthodes auxquels avaient recours certaines personnes pour faire tout avouer aux interrogés. Stéphane demanda si c'etait necessaire que Julius reste dans cette salle et assiste à ce triste spectacle, mais aucune reponse ne vient de l'aurortesque-adjoint qui fila dans la cellule de l'interrogé pour harceler celui-ci de questions.

Mais l'interrogatoire du vampire qui donna comme resultat l'existance d'une entité inconnu qui les avaient rassemblés pour une attaque de masse, du moins c'est ce que compris Stéphane d'apres les bafouillements du vampire qui de par sa balafre parlait maintenant avec difficultés et douleurs. Mais une entrée vive et inatendue fit sursauter tout le monde, même le professeur Fovrai qui eait tendu. Apparement, l'attaque de Sainte-Mangouste avait été un spectacle organisé par le chef de la police magique qui voulait tendre une embuscade. Stéphane sortit de ses gonds et rejoint l'aurortesque-adjoint dans le couloir d'où l quittait la cellule du vampire.

- Enfin monsieur, que celà signifit ?! Vous insinuez que le chef de la police magique aurait délibéremment mis en danger la vie de tous les patients et soigneurs de l'hopital en jeu pour satisfaire son envie de tuer du vampire ? Mais alors, ... cela expliquerait peut-être aussi la présence des mangemorts qui auraient été prévenus de la même maniere ? Rah, je regrette de ne pas pouvoir vous aider dans cette enquete, même s'il est vrai je refuse d'entrer au ministere pour des complications avec l'ecole Veranda Bolsd, je dois avoué être tenté de connaitre la fin de cette histoire au plus vite !

_________________
avatar
Stéphane Fovrai


Masculin
Nombre de messages : 5914
Age : 29
Localisation : je ne sais où
Non averti

Feuille de sorcier
Nature: Humain
Expérience M.V.: Niveau I
Expérience M.V.:
73/200  (73/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: M.V. I : Un nouveau Lord / 2nde partie

Message par Julius Horg le Jeu 13 Aoû - 17:42

A peine Julius eut-il le temps de se remettre de l'épisode de l'hôpital et de songer l'espace d'un instant "ma mère va être folle, elle va me tuer", que le professeur Fovrai lui annonça qu'ils devaient se rendre au ministère de la magie sans plus tarder. C'est un Julius encore terrifié et épuisé qu'il accompagna au ministère.
Pour Julius il s'agissait de la première fois qu'il voyait ce que c'était que transplaner. C'était rapide certes, mais horriblement désagréable. Décidément il préférait et de très loin le balai ou encore sa vieille bicyclette moldue... qu'importe que celà fasse rire ses camarades.
Arrivé sur place le jeune garçon suivit son professeur à travers les couloirs, que celui-ci semblait d'ailleurs connaître comme sa poche. Il avait du venir assez souvent par ici en y songeant. Bref ils arrivèrent tous deux dans une salle de réunion où se tenait déjà divers membres du ministère. De quoi impressionner... surtout un jeune garçon timide et renfermé comme l'était Julius. Celui-si murmura entre ses dents un petit bonjours, allant s'asseoir à coté de son directeur de maison où il entreprit de scruter obstinément ses pieds, comme àa chaque fois qu'il était intimidé et dieu sait que c'était souvent le cas!

Le jeune garçon fut toutefois bien obligé de relever la tête quand une secrétaire s'approcha d'eux avec une potion à son intention. C'est vrai que ses yeux brillaient toujours, dans toute cette agitation il l'avait presque oublié. Il but donc la fameuse potion, qui soit dit en passant était absolument infâme et attendit. Quelques secondes passèrent sans que les yeux du jeune serdaigle ne change en quoi que ce soit.

"Oh dites moi que c'est pas vrai... si même la potion du professeur Dablord ne fait rien, autant dire que je vais rester coincé avec des yeux fluos toute ma vie... ou du moins un sacré moment... ma mère va être folle..."

Mais finalement la lueur qui émanait de ses yeux s'estompa peu à peu pour finalement disparaître. Le jeune Julius en fut extrêmement soulagé. Dans le même temps il se sentait un peu idiot de ne pas avoir fait plus confiance à son directeur. Au même moment le professeur Fovrai lui tendit un chocolat. Une attention qui vint droit au cœur du jeune serdaigle qui le gratifia d'un grand sourire avant de dévorer ledit chocolat car avec tout ça cela faisait bien bien longtemps qu'il n'avait pas rempli son estomac.

La réunion commença finalement. L'aurortesque adjoint entreprit un discours aussi long qu'ennuyeux, dont un certain nombre d'éléments échappaient tout bonnement à la compréhension du jeune garçon, qui rappelons le avait été tenu à l'écart du monde magique jusqu'à il y a un an et demie. Ainsi quelle était cette histoire de crime avec le professeur Dablord. Il avait peine à le croire. Des documents étaient transmis sur l'affaire en cours, mais Julius en fut soigneusement mis à l'écart ce qui eut le don de très légèrement l'agacer. De la suite du discours il ne comprit pas tout. Visiblement il n'était pas très logique que la police magique ait pu se retrouver aussi vite sur les lieux, si bien que s'il avait tout compris on soupçonnait le chef de la police magique d'être mêlé aux désordres de l'hôpitale Sainte Mangouste.
Là encore le jeune garçon eut bien du mal à le croire. Après tout, c'était le chef de la police magique qui l'avait été à s'en sortir là bas. Pourquoi l'aurait-il fait sinon? ça n'était vraiment mais alors vraiment pas logique non plus.

Finalement l'aurortesque adjoint donna des ordres à l'effet d'interroger les prisonniers. Le jeune serdaigle crut qu'on arrivait enfin au bout de cette fichue journée mais alors qu'il se levait l'aurortesque adjoint souhaita leur poser des questions à lui et au professeur. Julius lança un œil vers son professeur puis ils partirent à la rencontre de leur interlocuteur. Celui-ci entreprit d'abord d'interroger un guérisseur qui avait visisblement aidé Stéphane à l'hôpitale. Ladite entrevue ne fut guère concluant, le guérisseur ayant visiblement un grain et se contentant de faire d'un air survolté les louanges du professeur Fovrai. Non pas que Julius remette en cause les compétences de celui-ci, mais là il était visible que quelque chose clochait chez ce témoin.

Quand celui-ci eut finalement quitté la salle, ils furent conduit dans une petite pièce vitrée. Il constat rapidement que de l'autre coté de la vitre se tenait une salle d'interrogatoire où se tenait un des vampires avec lequel il s'était retrouvé nez à nez plus tôt dans la journée. Un léger frisson parcourut immédiatement le corps du jeune garçon au souvenir de sa journée. A l'issue de l'interrogatoire, il ressortit que les vampires avaient visiblement étaient réunis sous la bannière d'une entité inconnue... or si l'on avait un peu parcouru les livres d'histoire comme l'avait fait le jeune Julius, on savait très bien que jusqu'alors les vampires avaient quasiment toujours agi en ordre dispersé; Cette nouvelle était donc des plus inquiétantes, du moins lui semblait il.

Peu après que l'aurortesque les eut rejoint, un policier pénétra dans la pièce les informant que les mangemorts avaient été réunis sous les ordres d'un sorcier inconnu. Comme pour les vampires songea Julius qui avait bien du mal à croire à une telle coïncidence. Il leur apprit également que la police magique avait été étrangement au courant de l'attaque dès avant son début et que le chef de la police magique avait ordonné à ses troupes de se poster devant le bâtiment avant d'y pénétrer. Il était étrange qu'il soit venu seul se dit alors le jeune Serdaigle, qui trouvait finalement l'attitude du chef de la police de plus en plus louche.

Celà était visiblement également aussi le cas de son professeur qui conclut assez rapidement à une quelconque implication de celui-ci dans les évènements.
avatar
Julius Horg


Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 33
Localisation : au chaud sous sa couette
Non averti

Feuille de sorcier
Nature:
Expérience M.V.: Niveau I
Expérience M.V.:
75/200  (75/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: M.V. I : Un nouveau Lord / 2nde partie

Message par Evans Dablord le Ven 28 Aoû - 1:23

Tout l’étage était sur les nerfs. La rumeur de la trahison du chef de la brigade de police magique s’était propagée sur tout le niveau 2 du ministère de la Magie. Même si rien n’était encore officiel, tout le monde était persuadé de la culpabilité du sorcier. Tout le monde, sauf une seule personne : celle qui avait émis l’hypothèse du traître. Le professeur Fovrai était sûr que c’était un coup monté, et il comptait bien s’assurer qu’il n’y aurait aucune bavure. Mais pour cela, il fallait qu’il voie le suspect numéro un avant son interrogatoire. Après tout, personne ne l’avait encore appréhendé car on appliquait à la lettre la loi : innocent tant qu’il n’avait pas été jugé coupable – ce qui n’empêchait pas les aurors de le mépriser dès qu’ils le croisaient.

Pour le moment, le chef de la brigade de police magique n’était pas encore au ministère de la Magie mais à l’hôpital magique Sainte-Mangouste, en train de boucler la scène du crime et de recueillir les témoignages. Julius Horg, victime depuis le début de cette interminable journée et présent dans les bureaux des autorités magiques par une série de pures coïncidences, avait été abandonné à son sort et restait donc dans le couloir des salles d’interrogatoire, assis sur une chaise de bureau, regardant les aurors défiler dans un sens ou dans l’autre. Son professeur était en effet parti régler « des affaires personnelles » – il avait d’ailleurs déclaré cela avec un clin d’œil complice, au grand dégoût du Serdaigle -, et le responsable du service pour la journée avait dû suivre le policier qui les avait rejoints auparavant. Résultat, Julius n’avait plus qu’à parler à lui-même.

- Ils t’ont laissé seul ?

C’était le vieux patient. Il commençait déjà à s’asseoir à côté de l’adolescent, comme si celui-ci l’avait autorisé. En même temps, il avait prouvé qu’il était « dérangé » ; peut-être était-il un psychopathe… Encore qu’il aurait été envoyé à Azkaban, sauf s’ils voulaient s’en débarrasser, vu qu’apparemment la brigade de police magique était prévenue de l’attaque.

- Je n’ai jamais aimé le ministère, et encore moins cet étage. Ils sont tous aussi corrompus les uns que les autres…

Julius crut discerner du mépris dans sa voix et dans ses yeux, mais le vieil homme gardait le sourire.

- Ils n’ont même pas été capables d’empêcher cette attaque… De toute façon, ils ne sont pas de taille... Ah, il est là !

Le sorcier se releva, et le Serdaigle vit celui qui lui avait sauvé la vie sortir de l’ascenseur et regarder des deux côtés, comme s’il avait peur de se faire assassiner par ses propres collègues et amis la minute suivante. L’officier se rendit dans les toilettes, et le fou resta debout à observer la porte par laquelle le fameux suspect numéro un avait disparu. Après quelques minutes où Julius resta perplexe, le témoin se dirigea lui-aussi dans les toilettes.

Le professeur Fovrai avait quitté son élève et un ex-confrère pour soulager les besoins qui le tenaillaient depuis sa discussion avec Evans Dablord sur les marches de Veranda Bolsd. Alors que l’Aurortesque Adjoint était parti remplir des formalités, le second Directeur de l’école de Sorcellerie anglaise occupait donc seul les toilettes. Il était en train de se laver les mains – une précaution d’hygiène indispensable en ces temps de « pandémie » de grippe A/H1N1 – lorsqu’il entendit la porte s’ouvrir derrière lui. Se retournant légèrement, il aperçut le chef de la brigade de police magique entrer, anxieux.

- Ah, vous tombez bien ! lança Stéphane en attrapant un bout de papier pour s’essuyer les mains. J’ai à vous parler.

Le professeur Fovrai sortit des toilettes en se frottant les mains et croisa, alors qu’il retournait vers Julius, monsieur Quinn, le vieux patient qui les avait aidés à Sainte-Mangouste et qui s’était avéré moins sain d’esprit qu’il ne l’avait semblé auparavant. Stéphane s’assit à côté de son élève et se renseigna sur la progression de l’enquête ; évidemment, le jeune Serdaigle ne savait strictement rien. En tout cas, rien que ne savait déjà son protecteur.

Au bout d’une dizaine de minutes, un cri perçant se fit entendre. Tout le monde se précipita vers le lieu d’où provenait le son strident et aperçut, au milieu des toilettes, la secrétaire qui avait apporté le remède « contre les yeux jaunes du professeur Dablord » à Julius. Elle était pétrifiée de terreur face à ce qui semblait être une scène de crime. Le chef de la brigade de police magique avait été assassiné. Connaissant sur le bout des doigts la procédure, Stéphane prit les choses en main et repoussa à l’extérieur toutes les personnes qui tentaient d’entrer, non seulement pour éviter que la scène de crime ne soit saccagée, mais aussi et surtout parce qu’ils commençaient à manquer de place.

Vingt minutes plus tard, une réunion était à nouveau sur pied, encore une fois présidée par l’Aurortesque Adjoint, qui se passa cette fois-ci des présentations. Il expliqua alors les faits nouveaux de l’affaire : leur principal suspect était mort, et il ne pouvait avoir été tué que par quelqu’un déjà présent dans les bureaux. Il supposa donc que l’officier connaissait un élément quelconque d’une relative importance, et voulut retracer l’affluence aux toilettes. Il élimina donc ceux qui se considéraient comme témoins en précisant qu’ils devraient se proclamer « commères » à la place et établit finalement la liste des quelques personnes qui avaient franchi la porte des toilettes juste avant le meurtre. Il apparut que figuraient sur cette liste un professeur, un auror, l’employé de l’entretien, et un témoin, monsieur Quinn. L’employé de base étant un cracmol, l’avis général fut de l’exclure des suspects, le crime ayant été commis par magie. On élimina aussi le professeur Fovrai, ancien Aurortesque de Normandie, illustre sorcier et professeur confirmé de Veranda Bolsd en qui l’Aurortesque de ce ministère-ci avait toute confiance. Il ne restait alors plus que l’auror et le témoin du crime précédent. Malgré le fait que le témoin en question fût considéré comme victime de la bataille de Sainte-Mangouste, on conclut qu’il était le criminel qu’ils recherchaient, l’auror ayant déjà démontré sa loyauté à de nombreuses reprises et Julius ayant fait part de ses doutes au sujet du nouveau suspect.

L’Aurortesque Adjoint fut soulagé de voir que toute cette affaire était réglée grâce au seul faux pas de monsieur Quinn, jugé trop bizarre pour être honnête. Néanmoins, il perdit bien vite son sourire quand un auror, au fond de la salle, informa l’assistance que monsieur Quinn avait disparu du ministère…



[6 jours pour répondre inclus (= jusque mercredi 02.09 inclus)

Courage, c'est l'avant-dernier RP ! Razz]


_________________


Personnage : Arsène Reynolds
Fonction : Directeur du bureau des Aurors
avatar
Evans Dablord


Masculin
Nombre de messages : 16482
Age : 25
Non averti

Feuille de sorcier
Nature: Humain
Expérience M.V.: Niveau I
Expérience M.V.:
73/200  (73/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: M.V. I : Un nouveau Lord / 2nde partie

Message par Stéphane Fovrai le Ven 28 Aoû - 2:34

Le professeur Fovrai décida de suivre l'auroretesque adjoint et ses suivant pour avoir plus de détails sur cette affaire. Une fois sortit de la salle d'audiance, il laissa passer tout le monde et attendit que sorte son protégé. Une fois Julius dans le couloir, Stéphane lui montra des sièges pour attendre à cette endroit.

- Je vais te demander de rester ici, essay de te reposer un minimum, je sais que ca été une journée éprouvante, je ne tiens pas à ce que tu assiste à la suite de l'affaire ! Je vais aller voir en bas pour connaitre le fin mot de l'histoire, d'accord ! Ne t'inquiete pas ici tu es en sûreté, mais évite de parler aux aures, on ne sait jamais ! Allez, je vais régler quelques affaires personelles avec ces personnes !

C'est avec un clin d'oeil que le professeur quitta le serdaigle qui semblait passif et exténué. Stéphane courrut pour prendre l'ascenseur qui le décendit à l'étage où l'auroretesque menait l'enquête en supposant que le chef de la brigade magique jouait un rôle peu plaisant. Sur un coup d'oeil de l'auroretesque adjoint, Stéphane comprit qu'il ne pourrait plus intervenir et qu'il pouvait retourner voir son élève et attendre avec avant de repartir en toute sécurité. Stéphane vaqua donc en passant par les toilettes.

Cette journée avait été éprouvante et le stress abondant. Il passa un peu d'eau sur sa figure, se tenant au lavabo pour retrouver une respiration calme. Il se devait de paraître fort devant toutes ces personnes. Stéphane entendit la porte pivoter, il se remit d'aplomb et se lava les mains, comme toutes les personnes consciente de l'arrivée d'une pandémie. Le professeur fut surpris de voir le suspect numéro un dans les toilettes. Stéphane voulut satisfaire sa curiosité.

Ah, vous tombez bien ! lança Stéphane en attrapant un bout de papier pour s’essuyer les mains. J’ai à vous parler.

Mais se rappelant son protégé seul, Stéphane quitta prestement les sanitaires sachant qu'il ne pouvait pas interroger ce suspect contre la volonté du haut responsable. Il laisse donc l'homme seul dans les toilettes le regard vide attendant surement les questions du directeur adjoint qui sortit sans rien lui dire. Stéphane retourna donc vers Julius chassant involontairement le vieu patient félè qui se pressa au toilette sans que personne ne le remarque. Mais Stéphane eut le temps de lire dans ses yeux la folie qui regnait dans sa tête.

Ce n'est que plustard que tous apprirent le décés du chef de la magique dans les toilettes, et que le coupable etait le vieu. Personne ne comprit exactement ce qui s'etait passé, mais l'auroretesque-adjoint deduisit tout de suite que le criminel était ce viellard sénil, qui disparut louchement des parrages. Tout le monde savait que maintenant le coupable officiel de l'attentat de l'hopital etait le chef de la magique et que son assassin etait le vieu débris qui perdait la tête. Tout s'eclaircissait maintenant, Julius exténué ne réagissait presque plus. Stéphane voulait maintenant renttrer, il se faisait tard et la fatigue etait importante.

_________________
avatar
Stéphane Fovrai


Masculin
Nombre de messages : 5914
Age : 29
Localisation : je ne sais où
Non averti

Feuille de sorcier
Nature: Humain
Expérience M.V.: Niveau I
Expérience M.V.:
73/200  (73/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: M.V. I : Un nouveau Lord / 2nde partie

Message par Julius Horg le Mer 2 Sep - 12:59

Au grand soulagement du jeune Juju, lui et le professeur Fovrai purent enfin sortir de la salle d'interrogatoire. Il respirait enfin à nouveau. Le jeune garçon se sentait vidé, épuisé, il ne rêvait plus à présent que d'un retour à l'école, pouvoir diner, se coucher et dormir jusqu'à plus soif. Malheureusement ses projets ne rejoignaient pas du tout ceux de son directeur de maison. Il lui indiqua des sièges dans le couloir, lui demandant de l'attendre car lui avait quelques affaires à régler. Il partit en lui faisant un clin do'eil, ce qui eut le don d'agacer le jeune garçon. Il resta à ronchonner dans son coin, levant de temps à autres les yeux pour voir les aurors courir d'une salle à l'autre sans lui prêter la moindre attention.

En cet instant il en avait tout simplement assez de cette fichue journée qui ne daiganit pas se terminer. Sans compter son estomac qui se tordait et faisait des bruits absolument horribles.


- J'en ai marre

Souffla le jeune serdaigle entre ses dents. C'est alors que vint s'installer à ses cotés le vieux patient qu'il avait croisé auparavent, lequel constata immédiatement qu'il avait été laissé seul. Grommelant Julius murmura un faible oui. Il observa le vieux patient dérangeait qui lui expliquait ne jamais avoir aimé le ministère, parlant de cooruption. Juju hocha la tête dans le vague, ne sachant trop quoi répondre, d'autant que ce vieux bonhomme avec ses airs de fous lui faisait peur.

Finalement, à son grand soulagement le vieil homme se leva en apercevant le chef de la police magique. Celui-ci déboula dans le couloir regardant en tout sens visiblement effrayé par merlin seul sait quoi. Il s'en gouffra dans les toilettes suivi de près par le vieux patient. Juju resta sur sa chaise grommelant qu'il n'y avait que des dingues dans le coin. Le professeur Fovrai sortit à son tour des toilettes, julius ne l'avait même pas vu entrer. Une vraie réunion au sommet songea avec un sourire amusé Julius.

Son professeur s'installa à ses cotés, s'enquêtant de la progression de l'enquête. L'élève haussa les épaules, comme s'il pouvait en savoir quoi que ce soit laissé dans un coin de couloir. Il allait demander quand ils rentraient à l'école lorsqu'un cri perçant se fit entendre. Laissé à l'écart des toilettes, Julius apprit seulement quelques minutes plus tard l'assassinat du chef de la police magique. Tué dans les toilettes à quelques mètres de lui... autant dire que le jeune garçon était à nouveau terrifié et ne sentait mais alors plus du tout en sécurité ici. Il n'avait qu'une envie rejoindre le chateau au plus vite.

Une nouvelle réunion s'organisa dans l'urgence, auquel Juju dut donc assister avec son professeur. Assis à ses cotés il regardait toujours obstinément ses pieds effrayé et d'une humeur massacrante. Il fut rapidement conclu à la culpabilité du vieux patient fêlé. Une nequête bien expéditive aux yeux du jeune serdaigle. Il ne doutait pas de l'innocence de son professeur. Pour autant il avait été présent dans les toilettes également et il pensait qu'une enquête un tant soit peu sérieuse aurait du passer par un interrogatoire de l'intéressé. Néanmoins il ne dit pas le moindre mot.
avatar
Julius Horg


Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 33
Localisation : au chaud sous sa couette
Non averti

Feuille de sorcier
Nature:
Expérience M.V.: Niveau I
Expérience M.V.:
75/200  (75/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: M.V. I : Un nouveau Lord / 2nde partie

Message par Maître de Veranda le Mer 9 Déc - 2:08

L'agitation au ministère ne fit que croître suite à la disparition de monsieur Quinn. L'Aurortesque-Adjoint, frustré d'avoir laissé s'enfuir quelqu'un qui avait commis un meurtre dans les locaux mêmes des autorités magiques, restait cependant dans la salle de réunion, passant ses nerfs sur tous ceux qui venaient le déranger. Stéphane et Julius assistaient ainsi à un mélange entre débats, réflexions et déductions, et réprimandes, perplexité et stagnation. Il fallut ainsi attendre l'intervention du professeur Fovrai pour que les fils de toute cette histoire commencent à se démêler. Non seulement Quinn était l'assassin du chef de la police Magique, mais il était en plus le leader des mangemorts et n'avait commis ce meurtre que pour s'assurer que l'officier du ministère n'allait pas révéler ce qu'il savait avec, entre autres, son propre alibi. On convint donc d'un commun accord de disculper le malheureux chef de la police Magique, tué alors qu'il était injustement suspendu de ses fonctions.

- Cela explique la présence prématurée de nos collègues de la police Magique, continua le responsable de l'étage d'un air grave. Quinn s'en est sans doute débarrassé car il savait trop de choses, car Quinn avait lui-même prévenu notre victime de la bataille de Sainte-Mangouste... Et s'il a pu prévoir cet incident, c'est qu'il en était le précurseur ! Après tout, c'est le leader des mangemorts : il a donc un contrôle quasi-total sur ses partisans et avait donc déjà la possibilité de réunir un des deux belligérants !

Le jeune Serdaigle compléta aussitôt la réflexion de l'auror, déclarant sur la seule base de la déduction - mais avec toute la fierté et surtout la satisfaction de son professeur - que Quinn avait aussi prévenu les vampires. Il ne restait donc plus qu'à déterminer l'intérêt qu'avait le mangemort à agir de la sorte...

- La désorganisation, lança du fond de la salle un bureaucrate d'une quarantaine d'années. Oliver Telford, inspecteur académique. Je suis là pour le professeur Fovrai et son élève, monsieur Horg, et je...

Le nouvel arrivant n'eut pas le temps de finir sa phrase, se faisant jeter dehors par la sécurité du bâtiment après un bref échange de signes de tête entre Stéphane et son casi-homologue. Il était vrai que, en-dehors du fait qu’il détestait se faire diriger, le Directeur Adjoint de Veranda Bolsd était véritablement intéressé par la tournure que prenaient les événements.

- Alors Quinn n’a fait ça que pour semer la confusion… Ca, et en profiter pour prendre la tête des mangemorts, à la manière de Snape. Et bonus, il décime les vampires au passage !

Le professeur de l’école de Sorcellerie anglaise proposa alors de comparer cette version avec ce que pourrait dire sur la photo de Quinn le vampire qu'ils avaient déjà interrogé, puisqu'il avait perdu connaissance bien avant la fin de l'interrogatoire, chose qui était sortie de la tête de l'officiel. Le responsable de l’enquête acquiesça et se rendit donc dans la salle d’interrogatoire, les deux membres de Veranda Bolsd derrière la vitre teintée. L’auror posa la photo du leader des mangemorts devant le criminel et se tint devant lui en posant les mains sur la table.

- Alors ?

- Il a vieilli, constata le vampire en souriant et en levant la tête vers le représentant des services secrets magiques. Celui-ci, hors de lui, contourna la table et attrapa par les cheveux le détenu pour le forcer à regarder plus consciencieusement la photo.

- ALORS ?! Est-ce lui ? Est-ce lui qui vous a renseignés ?! Regardez !

- Quinn nous a promis l’extermination des mangemorts
, lâcha l’homme dans un souffle. Il a dit que cette embuscade ne pouvait qu’être bénéfique, qu’on récupèrerait les territoires qu’on avait perdus et qu'il se montrerait généreux avec nous. Comme on n'avait pas confiance en lui, on s'est rendus plus tôt au lieu indiqué, et il s'est avéré que les mangemorts étaient eux aussi en avance...

L'auror relâcha le prisonnier violamment, reprit la photo et sortit de la pièce aussi vite qu'il était venu. Les deux invités l'imitèrent et le suivirent alors qu'il marchait à grands pas vers la salle de réunion que tous commençaient à bien connaître. Là l'Aurortesque-Adjoint accrocha la photo de Quinn sur un tableau blanc à l'aide d'un aimant et reprit le fil de la réunion.

- Vous recherchez donc à présent monsieur Quinn, sorcier de sang-pur, nouveau leader des mangemorts, successeur de Severus Snape et Lord Voldemort, manipulateur hors-pair, responsable de la bataille de Sainte-Mangouste et enfin assassin du chef de la police Magique. C'est votre priorité. Je pense que ce sera tout pour aujourd'hui. Professeur Fovrai, nous n'avons plus besoin de vous, vous pouvez rentrer. Profitez-en pour passer le bonjour au professeur Dablord de notre part.

Alors que les aurors terminaient la réunion, Stéphane et Julius purent enfin se lever et quitter définitivement la salle de briefing. Quand ils arrivèrent près de l'ascenseur, ils découvrirent Oliver Telford les attendant ; ce fut donc tous les trois qu'ils remontèrent tout le bâtiment.

- Votre collègue, le professeur Dablord, m'a gentiment jeté dehors lorsque je suis arrivé à Veranda Bolsd, tout comme vous l'avez vous-même fait tout à l'heure. Je tiens donc à vous dire que, même si aujourd'hui ne semble pas le bon jour pour de telles procédures, je procéderai à une enquête sur la sécurité régnant à Veranda Bolsd. Après tout, ce n'est pas la première fois que des problèmes arrivent là-bas.

Alors que le sorcier finissait sa phrase, les portes de l'ascenseur s'ouvrirent, et cela marqua la fin de cette étrange journée.



[Oserais-je imposer une date jalon pour répondre ?... xD]

_________________
avatar
Maître de Veranda


Masculin
Nombre de messages : 1538
Age : 25
Non averti

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: M.V. I : Un nouveau Lord / 2nde partie

Message par Stéphane Fovrai le Mer 9 Déc - 2:40

Le professeur Fovrai ne pouvait que suivre avec attention toutes les idées que lancaient chacun des intervenants. Apparement tous etaient d'accord pour prendre M.Quinn comme potentiel assassin du chef de la police magique et comme meneur des mangemorts. Tous les bureaucrates et aurors parlaient provoquant un bouhaha dément. Le professeur Fovrai ne pouvait que se remémorer son passé en tant que meneur des aurors. Mais en France, le style d'enquête etait bien plus organisé et réfléchi comparé à ce bordel monstre.

Apres que la these soit posée, une question vient obscurcir les cerveaux bouillants des agents du ministere, le fameux Pourquoi ? Et c'est à cette question que répondit un bureaucrate, tout maigrichon, lunette sur le bout du nez, l'air pet-sec et hautain. Rien qu'en le regardant de haut en bas, on savait que ce personnage, serait des plus incommandants et prise de tête. D'un signe entendu, il fut jetté hors de la salle, malgres sa réponse précieuse.

L'aurortesque anglais conclue enfin en reprennant l'idée de l'homme qui fut propulsé en-dehors de la salle. D'un pas sur et déterminé, le meneur des aurors s'en alla en salle pour interroger le captif. Peu coopérant, il termina par avouer que le penseur du masacre n'etait autre que le fuyard Quinn. Enfin tout semblait tenir debout. Stéphane poussa un soupir profond, un soulagement voyant que l'affaire se terminait. Il prit sa tête dans ses mains pour soulager ses tempes qui étaient durement sollicité dans ce contexte de stress.

- Enfin, nous allons pouvoir en terminer...

Un rapide spitch du chef, et en quelques secondes, tous les aurors disparurent dans leurs bureau pour déjà noter des informations et contacter par hibou le plus d'agents possible. Le professeur fut remercié pour sa collaboratin, dont il n'était pas peu fiere, puis, une main sur l'épaule de Julius, tous deux partirent d'un pas lasse, mais pressé d'aller se coucher dans les lits de Veranda Bolsd.

Mais cela etait sans compter la compagnie des plus agacantes du bureaucrate de pacotille qui annoncait, qu'une enquête aurait lieu à Veranda Bolsd. Quoi de plus normal apres tous les evenements passés dont plusieurs meurtres dans l'école, qu'un inspecteur des plus grincheux viennent planter son nez dans les dossiers de l'école apres un accident qui avait mené Julius à l'hôpital.

- Monsieur, je serai ravie de vous accueillir moi-même à la porte de l'école, mais voyez-vous, plus que les soucis que vous pourrez nous apporter, je m'inquiete avant tout de l'etat de mon élève, je vous prierai de vous écarter. Sur ce je vous salue !

_________________
avatar
Stéphane Fovrai


Masculin
Nombre de messages : 5914
Age : 29
Localisation : je ne sais où
Non averti

Feuille de sorcier
Nature: Humain
Expérience M.V.: Niveau I
Expérience M.V.:
73/200  (73/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: M.V. I : Un nouveau Lord / 2nde partie

Message par Julius Horg le Sam 19 Déc - 11:14

Dans la salle les débats partaient en tous sens sous le regard perplexe et fatigué du jeune serdaigle qui ne demandait rien temps que de retourner à l'école au plus vite et de rejoindre la douce quiétude de sa couette pour faire comme si cette journée n'avait jamais mais alors jamais existé. Pour dire il aurait même préféré en cet instant être auprès de sa mère. Mère qui d'ailleurs allait passer par toutes les couleurs quand elle apprendrait tout ça.

Il en était à ce point dans ses réflexions lorsqu'un des aurors parvint à la conclusion que c'est Quinn lui même qui avait prévenu la police magique d'où leur arrivée précoce sur les lieux. Arrivée précoce comme celle des vampires d'ailleurs. Il en fit à voix haute la déduction:


- Comme il a du également prévenir les vampires.

En fait il s'était plutôt fait la réflexion pour lui même mais elle semblait bien accueilli et son professeur semblait particulièrement fier de lui ce qui décocha enfin un nouveau sourire chez le jeune serdaigle. Sourire qui disparut dès l'arrivée inopiné d'une sorte d'inspecteur qui enquêtait sur la sécurité de l'école à ce que comprit Juju. Il fut de toute façon bien vite prié de reprendre la porte.

Parvenu à la conclusion, il en fallait bien entendu des preuves, comment aurait il pu en être autrement. On partit donc interroger le captif. Julius suivait d'un pas traînant en maugréant. Il espérait que cet interrogatoire se termine au plus vite.

Le prisonnier d'abord récalcitrant finit par confirmer la version des autorités ce qui marqua enfin, au grand soulagement de Juju la fin de cette journée interminable.


Le professeur Fovrai donna le signal du départ et ils se rendirent dans l'ascenseur alors rejoint par l'espèce d'inspecteur que Juju avait déjà complètement oublié. On allait donc jamais les laisser tranquilles aujourd'hui? Julius ne put s'empêcher de glousser quand l'homme déclara s'être fait jeter dehors par le professeur Dablord. Rien d'ettonant, les mauvaises humeurs de celui-ci était connu dans toute l'école désormais.. un peu comme les sortes de crise de folie du professeur
Delpierre. Enfin... le professeur Fovrai lui fut plus courtois avec leur interlocuteur.

Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent enfin.
avatar
Julius Horg


Féminin
Nombre de messages : 739
Age : 33
Localisation : au chaud sous sa couette
Non averti

Feuille de sorcier
Nature:
Expérience M.V.: Niveau I
Expérience M.V.:
75/200  (75/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: M.V. I : Un nouveau Lord / 2nde partie

Message par Maître de Veranda le Sam 19 Déc - 20:42

..: Epilogue :..

Les ruines du château semblaient bien peu de choses en ce soir d'été. Pourtant, lors de son Âge d'Or, Poudlard avait resplendi dans tout le monde Magique. A présent ce n'était plus rien. Un vaste sanctuaire pour certains ; un repère pour d'autres... Le brouillard dominant la région depuis le début d'après-midi dissimulait finalement beaucoup de choses, en particulier les chaos ; chaos d'une époque révolue, chaos de la route, chaos qui se révèleraient... Ce paysage digne d'une soirée d'Halloween était pourtant le théâtre d'étranges discussions. Des ombres se mouvaient discrètement dans le brume. De grandes silhouettes noires observées par quelques volatiles dotés d'ailes imparfaites. Un point commun, néanmoins, les rassemblait tous dans une même catégorie : celles et ceux qui observaient l'inconnu. Un vieil homme encapuchonné se tenait en effet en leur centre, l'air mystérieux. Cette apparence trompeuse cachait toutefois une extrême agilité d'une très grande jeunesse. La vieillesse n'était-elle que le fruit d'épreuves et de souffrances ? Rien n'était moins sûr, mais personne ne cherchait à savoir. A dire vrai, les vampires qui avaient momentanément établi leur quartier général dans les ruines de Poudlard s'en fichaient. Ils avaient autre chose en tête.

- Vous ne reverrez pas d'occasion comme celle-ci avant bien longtemps. Réfléchissez.

Le visiteur parlait avec une assurance effrayante et un sang-froid hors du commun. Froid ? Oui, il l'était, et beaucoup plus que ses prédécesseurs. Quant à ses yeux, s'ils ne montraient aucun signe de folie, ils révélaient surtout le fin stratège qu'il était.

- On a tout notre temps, nous.

Le vampire qui avait osé lui répondre n'aurait jamais cru se retrouver quelques jours plus tard en salle de détention du Bureau des Aurors du ministère de la Magie. S'il l'avait imaginé ne serait-ce qu'une seconde, peut-être se serait-il dispensé de rire.

- Si vous refusez, je pourrai toujours aller voir la concurrence, qu'en dites-vous ?

Dans cette ère de conflits et de défis, quand on parlait aux vampires de concurrence, tout le monde savait de quoi, ou plutôt de qui, on parlait. C'est pourquoi le groupe hétéroclite d'hommes, de femmes et de chauves-souris accepta sans condition, quoiqu'avec une pointe de méfiance. Sa mission étant parfaitement accomplie, monsieur Quinn se retira des ruines avec dégoût et s'éloigna d'un air satisfait. Arrivé sur une colline, bien plus loin, d'où il pouvait observer en toute tranquillité le repère, le vieil homme s'arrêta et se tint droit et silencieux face à l'immensité de la Bretagne. Sa longue cape noire répondait doucement au vent par des murmures d'ondulation. Sa longue cape noire écoutait calmement son maître par d'infimes croissances... Observant finalement le sol que frôlaient ses pieds, l'homme se retourna. Enfin, il releva simultanément sa tête et sa capuche, et ses yeux gris-vert vinrent rencontrer ceux de monsieur Quinn, soudain plus jeune.

----------------------------------------------------------------------------

La nouvelle école de Sorcellerie avait déjà huit ans. Cela faisait huit ans que Veranda Bolsd répondait aux attentes des nouvelles générations de sorcières et sorciers en fournissant à leurs enfants les connaissances nécessaires en matière de magie. Cela faisait huit ans que les équipes professorales se succédaient, une par une. Cet été-là, le bureau du Directeur Adjoint était occupé par le professeur Fovrai, illustre sorcier de rénommée mondiale ayant pour principale source de reconnaissance l'arrestation personnelle de dangereux mages noirs sévissant jadis dans les lointaines et reculées contrées françaises. Assis dans son grand et confortable fauteuil lié à sa fonction, Stéphane réglait, comme le professeur Dablord le lui avait suggéré, les divers problèmes des élèves un à un. Professeur aimé et respecté des adolescents vivant au château, on l'écoutait avec la plus grande attention et ne le contredisait rarement. Il était ainsi considéré par beaucoup comme l'opposé de son supérieur et ami. Il était le cadre blanc à un tableau noir souvent de mauvaise humeur.

On approchait de la fin d'après-midi. La longue file d'attente qui avait pendant plusieurs heures longé le mur conduisant à son bureau - quatre heures d'attente à partir du haut des escaliers - s'était finalement éteinte. Le sorcier était à présent tranquille, et ce n'était pas de refus. Il était le stéréotypes d'un homme à responsabilités : il avait d'autres choses à faire. Il commencerait - ou plutôt continuerait - par le plus urgent, c'est-à-dire les lettres. Il en avait deux à envoyer : la première au ministère de la Magie, la seconde à une papeterie de Pré-au-Lard pour un réapprovisionnement en parchemins. Prenant sa plume fétiche, il trempa celle-ci dans un pot d'encre violette, offert par le professeur Dablord à son arrivée, et se mit à rédiger la première des deux lettres sur un parchemin bleuté. Une heure plus tard figuraient sur le bord du bureau deux enveloppes ; l'une ayant pour destinataire une papeterie magique, l'autre étant adressée au chef de la police magique.

Le lendemain ne fut pas de tout repos pour ceux qui habitaient Veranda Bolsd. Un Poufsouffle de première année avait essayé une expérience dans un coin du parc du château. Personne ne connaissait encore vraiment le but de cette expérience, mais le résultat était là ; un sort avait volé à travers tout le parc en faisant exploser quelques statues au passage pour finalement atteindre le bas du dos de Julius Horg. Celui-ci était aussitôt tombé en perdant connaissance et les professeurs Dablord et Fovrai, qui avaient assisté à toute la scène depuis les marches du château, s'étaient rapidement dispersés. Le Directeur avait toute la fin de journée pour comprendre l'origine du sort et prévenir son collègue, mais aussi et surtout pour punir le Poufsouffle. Celui-ci, debout devant le bureau du professeur Dablord, essayait tant bien que mal d'expliquer que ce n'était qu'un malheureux accident. L'adulte faisait les cent pas dans la pièce et criait à tors et à travers, sa voix se répercutant en échos dans tous les couloirs de l'école. Pourtant, à la base, ce n'était qu'un sortilège de désarmement confondu avec une potion « Briebolu », une invention « à l’instinct », se justifiait le coupable... Cette explication elle-aussi à l'instinct valut au coupable plusieurs heures de retenue après avoir révélé les ingrédients de la fameuse potion Briebolu. Ce que l'élève ne révéla pas, cependant, ce furent ses sources... Mais qui aurait pu un jour imaginer que celles-ci n'étaient autres que le Directeur Adjoint ? Qui aurait imaginé que ces sources contenaient aussi le moment idéal pour réaliser la petite expérience ?


Alors que le Poufsouffle rédigeait maintes et maintes lignes, un terrible massacre avait lieu au célèbre hôpital magique londonien Sainte-Mangouste. La seule véritable protection des innocents menacés était pourtant en haut du bâtiment, lançant des S.O.S. sous forme de trois vagues successives de cinq petites taches rouges. Les mangemorts ne tardèrent pas à venir à leur rescousse, et c'est ainsi que Stéphane rencontra un groupe de mages noirs dans les couloirs du château, qui l'informèrent que la rencontre avait été avancée. Bientôt le groupe criminel dut lui aussi fuir, le chef de la police magique et les vampires progressant rapidement. Seule une personne resta alors avec le professeur : monsieur Quinn.

Beaucoup plus tard dans la journée, le Directeur Adjoint de Veranda Bolsd, grand héros qu'il fût, avait quitté son élève et un ex-confrère pour soulager les besoins qui le tenaillaient depuis sa discussion avec Evans Dablord sur les marches de Veranda Bolsd. Alors que l'Aurortesque Adjoint était parti remplir des formalités, le second Directeur de l'école de Sorcellerie anglaise occupait donc seul les toilettes. Il était en train de se laver les mains lorsqu'il entendit la porte s'ouvrir derrière lui. Se retournant légèrement, il aperçut le chef de la brigade de police magique entrer, anxieux.

- Ah, vous tombez bien ! lança Stéphane en attrapant un bout de papier pour s'essuyer les mains. J'ai à vous parler.

Ce fut alors avec un calme extrême que le professeur sortit sa baguette et murmura le sortilège de mort. Avec un calme extrême, mais une rapidité aussi impressionnante. L'officier perdit la vie avant même de comprendre ce qui était en train de se passer.
*Je voulais juste vous remercier. Pour ce que vous avez fait pour nous. Pour ce que vous avez fait... pour moi.*
Enjambant le cadavre, l'ancien auror sortit des toilettes en se frottant les mains et croisa, alors qu'il retournait vers Julius, monsieur Quinn, qui pouvait s'éclipser par les toilettes maintenant qu'il n'avait plus besoin de surveiller le couloir.

Lorsqu'enfin les portes de l'ascenseur le remontant à l'atrium s'ouvrirent, Stéphane fut satisfait de voir que tout était fini, ou plutôt, que tout venait de commencer... Un claquement de doigts, et toute preuve disparaissait ; c'était la loi du pouvoir.

A quelques kilomètres de là se tenait une maison d'apparence banale. Des hommes masqués entouraient toute la bâtisse, sans bouger. Puis l'un d'eux sortit sa baguette, et tous les autres l'imitèrent. Soudain, comme s'ils avaient une révélation collective, chaque sorcier lança plusieurs jets d'étincelles vers le mur le plus proche. Le feu prit de tous côtés simultanément et ne tarda pas à raser l'habitation pour n'en laisser que cendres et décombres. Ce fut aussi le cas pour un parchemin bleuté, abandonné sur une table basse ; alors qu'une flamme rongeait le haut de la lettre, on pouvait encore lire la signature violette figurant après le texte. On pouvait encore lire
« Lord Mystago ».


FIN

_________________
avatar
Maître de Veranda


Masculin
Nombre de messages : 1538
Age : 25
Non averti

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: M.V. I : Un nouveau Lord / 2nde partie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum